A votre réflexion...

Voici quelques textes susceptibles de vous intéresser...

Les textes publiés dans cette section visent à alimenter le débat autour de points de vue, de réflexions amenées par certains de nos membres. Ces textes n'engagent pas l'APSY-UCL et ne sont donc pas une prise de position officielle .

Les publications de cette section sont  supervisées par Denis Hers, Karl-Leo Schwering et Xavier Renders.





Balises par gros temps. Texte de l'intervention de Francis Martens lors du colloque Le secret professionnel démantelé. Les terroristes font-ils la loi ? Université Libre de Bruxelles, 6 mai 2017

"Je vais tenter d’agencer quelques éléments d’apparence disparate pour accentuer l’importance des enjeux et souligner la gravité de la mise à mal silencieuse de la démocratie et de l’état de droit. Je rappelle que le propre de ce qu’on nomme «état de droit», c’est la soumission des institutions et des gouvernants aux lois du pays — à commencer par la loi fondamentale : la Constitution.
C’est à ce respect des lois que les gouvernants s’engagent par un serment qui valide leur entrée en fonction. Pour certains c’est devenu, semble-t-il, une formalité vide de contenu.
Les mesures nombreuses et convergentes de démantèlement du secret professionnel et d’imposition de la délation préventive mises en place par le gouvernement Michel n’auront aucune efficacité significative en matière de terrorisme..."

 

Les terroristes font-ils la loi ? Texte de Francis Martens

"Le ministre Borsus (MR) a soutenu la proposition N-VA de mise à mal du secret professionnel des travailleurs sociaux. Le cdH s’est rallié à ce texte. Il a été adopté en commission. Mais il faut le savoir : le secret professionnel n’est pas le «secret des professionnels». Il ne s’agit pas seulement de garantir un cadre d’exercice protégé à des professionnels et à leurs interlocuteurs, dans le contexte de situations délicates : consultation médicale, psychologique, ou entretien avec une(e) assistant(e) social(e), par exemple.
Le secret professionnel est essentiellement une matière de droit public : c’est-à-dire qu’il fait partie des garanties prévues par les pères de la nation pour protéger le cadre démocratique où ils ont voulu inscrire nos institutions."

 

  • Toujours sur le thème du nouveau code de déontologie des psychologues, Francis Martens nous fait suivre un article du Professeur Thierry Moreau dans le JDJ, le journal du droit des jeunes. 

    Voir l'article

    Les conclusions de l'article:
    • Le secret professionnel et la confidentialité sont des instruments essentiels pour de nombreuses professions, parmi lesquelles celle de psychologue, afin de garantir la qualité de sujet du patient ou du client et l'aider dans les problèmes et les souffrances les plus intimes qui sont les siens. Il s'agit toutefois d'instruments dont il est parfois difficile de comprendre toutes les finesses, nuances et subtilités, spécialement dans des milieux professionnels non juridiques.
    • On aurait pu s'attendre à ce que le Code déontologie fasse œuvre de pédagogie et de clarification pour ses destinataires d'autant qu'il s'agit d'un texte approuvé par arrêté royal qui doit trouver à s'appliquer dans des milieux professionnels confrontés très fréquemment aux exigences du secret professionnel. Au contraire, il faut constater que le Code introduit la confusion dans cette matière déjà si délicate et complexe. En outre, à le suivre à la lettre, des psychologues pourraient se mettre en infraction sur le plan pénal.
    • Il est urgent que les auteurs du Code reprennent leur ouvrage et le rendent à la fois plus lisible, plus compréhensible et, surtout, conforme aux termes de la loi.

  • LA DEONTOLOGIE MISE A MAL: Erreurs en matière d’encadrement légal du secret professionnel contenues dans le nouveau code de déontologie des psychologues, publié au Moniteur le 16 mai 2014.

Lors de son assemblée du vendredi 10 octobre 2014, le Conseil de l’Association des Services de Psychiatrie et de Santé Mentale de l’Université Catholique de Louvain (APSY-UCL) a marqué sa préoccupation concernant les erreurs en matière d’encadrement légal du secret professionnel contenues dans le nouveau code de déontologie des psychologues, publié au Moniteur le 16 mai 2014.

Ces erreurs peuvent semer la confusion dans un domaine particulièrement sensible, non seulement parmi les psychologues mais chez tous les intervenants en santé mentale.

En attendant une nécessaire révision du code, le Conseil de l’APSY-UCL a donc décidé de diffuser et de soutenir le texte de clarification ci-dessous.

Lire le texte...

 

  • LE JUSTICIABLE n'est pas un CLIENT: Lettre ouverte à la chambre des représentants au sujet de l'internement des personnes.

La Chambre des Représentants s’apprête à voter la proposition de loi du 21 février 2013 relative à l’internement des personnes (Doc. Sénat 5/2001/1), déposée par M. Bert Anciaux et consorts, et adoptée par le Sénat, avec amendement, le 3 avril 2014.

Nous souhaitons réagir à l’insertion tardive d’un article 84 §2, hautement problématique, dans cette proposition de loi. Cette disposition a été ajoutée à la proposition bien après la consultation notamment du Centre interfédéral pour l’égalité des chances, du Conseil supérieur national des personnes handicapées et de plusieurs organisations de défense des droits (comme la Ligue des droits de l’homme ou l’Observatoire international des prisons), empêchant de facto ces différents acteurs clé de se prononcer à son égard.

Cette proposition prévoit que les internés et leur famille doivent assumer les frais de la décision d’internement lorsqu’ils résident dans un certain type d’établissements

Lire la suite...

 

  • ANNEXES PSYCHIATRIQUES: 10 ANS d'EXTREME URGENCE (La Libre  du 5/07/2013, Débats - Opinions), texte collectif, dont  Gérald Deschietere

Les personnes qui sont internées sont évidemment extrêmement fragiles psychiquement mais qui plus est, leur état de santé, comme pour tout détenu, s'aggrave en prison.

Les signataires appellent le gouvernement à agir immédiatement et espèrent ne pas devoir dresser le même bilan dans 10 ans après que les droits fondamentaux auront, à nouveau, été ignorés.

Lire la suite...


  • LE MARIAGE PAR EXCELLENCE (une lecture anthropologique du mariage homosexuel), un texte de Francis Martens

Au fil de paniques identitaires croissantes, le mariage homosexuel cristallise l’expression d’angoisses sociétales multiples. Il fait même parfois se rejoindre, en une étrange synergie, les admonestations du pape et celles de certains psychanalystes. Qu’en est-il donc de l’institution du mariage tout court ? Ses formes varient certes dans l’espace et le temps, mais il est clair qu’il s’agit d’une institution pivot dans la transmission, non seulement de la vie mais de l’ordre culturel — lequel apparaît essentiel pour la protection de la vie collective.

Lire la suite...


  • EGALITES, IDENTITES et JUSTICE SOCIALE  (Nancy Fraser) 

Les combats pour réduire les inégalités ont longtemps porté sur le partage équitable des richesses. Depuis quelques décennies, un nouveau type de demande articule l’exigence de redistribution au respect des différences, des identités minoritaires et à la lutte contre les discriminations. Peut-on penser le rapport entre ces deux conceptions, de façon à ce qu’elles se renforcent réciproquement ?

Francis Martens nous suggère la lecture de ce beau texte de la philosophe Nancy Fraser (professeure à la New School University, New York).

Voici le lien:  http://www.monde-diplomatique.fr/2012/06/FRASER/47885

 

· A PROPOS DU DSM 5

Le «DSM-5», nouveau manuel de psychiatrie destiné à s’imposer aux médecins du monde entier, est une véritable catastrophe selon un orfèvre en la matière.
Cet article nous est proposé par Francis Martens

@ L'institut américain de la santé mentale abandonne le DSM-5

En santé mentale comme ailleurs, la scientificité ne peut faire l’impasse sur la complexité. En matière de dépression, le chômage et la solitude ne comptent pas moins que la sérotonine ou la noradrénaline. Les disorders du DSM, les dysfonctionnements cérébraux privilégiés par le NIMH, participent plus d’une idéologie réductrice que des exigences de la science...
· TV-LOBOTOMIE de Michel Desmurget

"La méta-analyse statistique d'un demi siècle de recherches sur les rapports entre violence et médias met en évidence un rapport positif entre violence médiatique, violence agie, angoisse, perte d'empathie"

"Le lien moyen associant images violentes et comportements agressifs a presque la même force que le lien unissant tabagisme et cancer du poumon"

"Le lobby de l'industrie du divertissement n'est pas moins fort que celui du tabac"
Ouvrage suggéré par Francis Martens et Arlette Seghers